Références dans les journaux médicaux

Études sur l’insémination par cape cervicale

 « Cervical Cap Homologous Artificial Insemination », Noci I., Chelo E., Scarselli G., Messori A. Cervical cap homologous artificial insemination (AIH):the University of Florence Experience.Acta Eur Fertil.Mars-avril 1986;17(2) :133-7.

 « A Prospective, randomized, cross-over comparison of two methods of artificial insemination by donor on the incidence of conception:Intracervical insemination by straw versus cervical cap », Human Reproduction, vol. 12, no 9 1945-1948, 1997, Flierman, Hendrikus, et coll.

Cette étude de recherche donne l’historique de l’IIC et de l’IIU.Cette publication cite aussi et passe en revue d’autres études historiques des capes cervicales, ainsi que d’autres aspects de la méthode :

  1. Exposition prolongée des spermatozoïdes au mucus cervical
  2. Prévention du reflux de sperme vers le vagin
  3. Tamponnage de l’environnement vaginal acide pour accommoder le moindre volume de sperme communément employé dans les inséminations artificielles avec sperme de donneur

« Evaluation of the effect of a cervical cap device on sperm functional characteristics in vitro », ANDROLOGIA 33, (2001), M.C. Mahony.

Cet article présente différentes utilisations des capes cervicales durant la seconde moitié du XXe siècle.Cette méthode de traitement de l’infertilité est encore considérée comme la moins invasive et la moins risquée.Dans la partie Discussion, l’auteur souligne encore les raisons pour lesquelles utiliser les capes cervicales et les avantages de ces dernières (simplicité, sécurité et coût), comme première étape logique, avant de passer trop rapidement aux différentes formes de VIF.

 « The cervical cap for home artificial insemination », J. Reprod. Med., mai 1986; 31 (5) : 349-52, Corson, Batzer, Otis, Fee.

Cet article présente une étude effectuée sur 63 couples cherchant à concevoir avec un taux de succès global de 19 % sur la durée d’utilisation, et de 44 % parmi les couples utilisant le système pendant au moins 6 mois.

 « Artificial insemination with fresh donor semen using the cervical cap technique:a review of 278 cases », Obstet Gynecol.Août 1982; 60(2) :195-9, Bergquist C.A., Rock J.A., Miller J., Guzick D.S., Wentz A.C., Jones G.S.

Cet article présente une étude réalisée sur 278 patientes ayant utilisé du sperme de donneur frais avec une cape cervicale, avec un taux de grossesse cumulé de 62,5 % après 6 mois et de 82,4 % après 10 mois.

Ceci valide la similarité de résultat entre le système et l’IIU, avec un taux de succès mensuel de 15,5 %.

 « Randomized controlled trial of cervical cap with intracervical reservoir versus standard intracervical injection to inseminate cryopreserved donor sperm », Human Reproduction, vol. 11, n° 1, pages 84-87, 1996, C. Coulson, E.A. McLaughlin, S. Harris, W.C.L. Ford et M.G.R. Hull.

Cet article présente l’emploi des capes cervicales et leur reconnaissance en tant qu’outil valide d’aide à la conception.Il suggère également que les résultats plus élevés de l’IIU dans les études passées peuvent avoir découlé d’un volume plus grand de sperme, d’outils de diagnostic de l’ovulation plus avancés (surveillance de l’hormone de lutéinisation) et d’une combinaison de stimulations ovariennes.